Partagez | 
 

 Louise » J'aimerais ça que tu sois pour un moment mon étoile filante (11/03)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

☆ DREAM COLLECTION
» disponibilité rp: 03/03
» Carnet d'adresse:
» rps en cours:
admin » .plùm
» arrivé le : 25/06/2017
» mots doux : 184
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet - Louise » J'aimerais ça que tu sois pour un moment mon étoile filante (11/03)   
Sam 24 Fév - 17:01
Louise Romy Atkins
on se dit que l'bon temps passe finalement comme une étoile filante
Nom : Atkins, un nom dont elle est très fière, malgré la honte qu'on essaie de lui faire porter. ; Prénom(s) : Louise, petite trace des origines françaises de sa grand-mère maternelle. Romy, comme Romy Schneider, idole de sa mère pour une raison inconnue. ; Âge : vingt-sept ans, assez grande pour se faire son propre avis sur la vie. ; Date et lieu de naissance : le 27 novembre 1990 à Castle Hollow, elle n'a pas tellement bougé depuis. ; Nationalité et origines : elle est anglaise, mais sa mère a des origines françaises, et elle a toujours voulu visiter la France. ; Métier/études : fleuriste, une vocation qui a fait frémir sa famille, mais ils l'ont finalement acceptée. Elle s'épanouit dans ce milieu. ; Statut marital : célibataire, elle fait de son mieux pour se convaincre qu'elle n'a personne en tête, mais son coeur lui rappelle souvent qu'elle se trompe. ; Orientation sexuelle : hétéro, les femmes c'est pas son truc. ; Lien avec l'histoire de Castle Hollow : Elle est la fille de celui que l'on appelle meurtrier. Elle sait qu'il n'a rien fait, et le défendra coûte que coûte, quitte à se mettre tout le monde à dos. Elle ne supporte pas qu'on pense que son père ait pu tuer quelqu'un. ; Groupe : victim of reality ; Crédits images : carole31 (av) ;
001. Les fleurs, c'est sa passion. C'est peut-être un peu niais, mais elle a toujours aimé ça. Elle aime leurs différentes symboliques, et le plaisir que l'on ressent à offrir et se faire offrir un beau bouquet, elle aime leurs parfums délicats, leur pétales soyeux, leurs formes magnifiques... Bref, c'est une véritable passion qui n'a rien à voir avec celles de sa famille, mais elle en est très heureuse. 002. C'est une femme forte, au caractère bien trempé. Elle n'a pas peur de dire ce qu'elle pense, et ça a toujours été à la fois une grande qualité et un terrible défaut. Ca lui a causé quelques ennuis et pas mal d'ennemis, mais elle et au moins fière d'avoir les meilleurs à ses côtés, même si ce n'est pas franchement du goût de ses parents. 003. Elle est très proche de sa mère, elle lui confie énormément de choses et c'est elle qui l'a soutenue la première dans son choix de devenir fleuriste. Avec son père, elle a un peu plus de mal, ils ont du mal à se comprendre, sans doute à cause de leur caractère assez similaire, mais il n'en reste pas moins son père adoré. Avec son frère, c'est encore autre chose. Il y a un lien de protection qui les lie, mais parfois, il l'étouffe énormément, et les disputes sont assez fréquentes. 004. Lorsque son père a été accusé du meurtre de Joaquim Nicholls, elle s'est mis une bonne partie de la ville à dos, et pas mal de ses amis l'ont laissé tomber. Elle s'est bien défendue, et elle n'a pas hésité à clamer haut et fort, du haut de ses quatorze ans, l'innocence de son père et la stupidité de toute la famille Nicholls. Encore aujourd'hui, cette accusation poursuit sa famille et il lui arrive de recevoir une lettre ou un appel anonyme parfois, treize ans après les faits. Elle est persuadée que ce sont les Nicholls qui ont derrière tout ça. 005. Il ne lui est arrivée qu'une fois d'avoir une longue relation, avec de l'amour et tout le tintouin, mais ça s'est soldé par un échec au bout de trois ans. Elle était, parait-il, un peu trop caractérielle, et l'histoire de sa famille prenait trop de place. Il est donc parti, ou plutôt, elle l'a foutu à la porte. Elle n'est pas du genre à pleurer une relation très longtemps, et puis, l'amour, pour elle, ce n'est qu'une petite chose qui vient agrémenter la vie. Elle supporte donc très bien son célibat, et sa liberté. 006. Elle aime faire la fête, elle aime vivre, et ne s'en prive pas. Elle sort régulièrement le soir, notamment pour danser, un autre de ses hobbies favoris. C'est une énergique, une pile électrique, elle n'est que très rarement fatiguée et ça peut en déstabiliser beaucoup, mais c'est aussi ce qui fait son charme et la rend très entrainante. 007. Elle a eu la chance de connaître sa grand-mère assez longtemps pour que celle-ci lui parle de la France plus en détails que le faisait sa mère. Elle a donc toujours rêvé de visiter la France, mais elle n'en a jamais eu l'occasion. Ce n'était pourtant pas faute de moyens, mais l'occasion ne s'est jamais réellement présentée. Ceci dit, elle parle tout même français et saurait parfaitement se débrouiller là-bas. 008. Elle adore les lumières. C'est comme un pêché mignon, une chose que l'on découvre en la fréquentant assez, mais elle s'émerveille beaucoup, au final, malgré les diverses désillusions qu'elle a vécues, elle garde toujours son âme d'enfant, et à Noël, et durant cette période, elle devient euphorique. D'ailleurs, c'est aussi une folle de la neige. 009. Ca fait déjà quelques temps que l'un des fils Nicholls vient dans sa boutique régulièrement. Elle déteste ça, elle le déteste, lui, avec sa sympathie feinte, et même s'il était honnête, elle ne veut pas en entendre parler. C'est un Nicholls, de toute façon, et c'est tout ce qu'elle retient. Elle fait peut-être une généralité, mais c'est comme ça entre les deux familles depuis maintenant treize ans, et ce n'est pas prêt de changer, puisqu'aucun ne veut faire le premier pas pour pardonner à l'autre. 010. Plus jeune, c'était une véritable révoltée. Elle était un enfer pour ses parents, une honte pour l'aristocratie. Dès qu'il y avait, selon elle, une raison de manifester, elle se débrouillait pour aller en ville et participer à une manifestation. Elle s'est un peu calmée aujourd'hui, mais il y a encore énormément de choses qui la révoltent, et elle combat encore et toujours les injustices et défend les droits fondamenteaux. 011. Lorsqu'elle avait dix ans, elle a plongé dans le lac Alice et a bien failli se noyer. Elle était fascinée par la beauté de l'eau, et n'a pas résisté à l'envie de plonger. Si ça la fascine toujours, aujourd'hui, elle est terrorisée par l'eau.

Pseudo/Prénom : .plùm ; Âge : 22 ans ; Inventé, pré-lien ou scénario ? inventé siffle ; Comment connais-tu le forum ? Jane Fonda ! ; Qu'en penses-tu ? Pretty pretty please ; Un dernier mot : star ; Pour le bottin :
Code:
<pr>Emma Stone</pr> » <a href="http://castle-hollow.forumactif.com/u17"><psebt>Louise R. Atkins</psebt></a>

»»»»»»»»»«««««««««

Not about angels
The feeling sometimes, wishing you were someone else, feeling as though you never belong, this feeling is not sadness, this feeling is not joy, I truly understand. Please, don't cry now. Please don't go, I want you to stay, I'm begging you please, please don't leave here, I don't want you to hate; For all the hurt that you feel, the world is just illusion.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

☆ DREAM COLLECTION
» disponibilité rp: 03/03
» Carnet d'adresse:
» rps en cours:
admin » .plùm
» arrivé le : 25/06/2017
» mots doux : 184
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet - Re: Louise » J'aimerais ça que tu sois pour un moment mon étoile filante (11/03)   
Sam 24 Fév - 17:01
Here we are extending into shooting stars
this is the way we move
the early years
Sa robe lui serrait le torse, elle ne supportait pas ce vêtement, et encore moins cette matière. « Louise, arrête un peu de gigoter. » Elle acquiesça, mais il ne fallut que quelques secondes avant qu’elle ne se remette à se gratter, tentant d’arranger le nœud qu’elle avait dans le dos pour ne plus avoir la désagréable impression qu’on la piquait à cet endroit. « Louise ! » « Pardon maman. » Elle détestait ce genre d’évènements, où toutes les filles devaient paraître jolies, et tous les garçons bien propres sur eux. Elle, elle préférait courir dans la forêt juste à côté de chez elle, et elle savait très bien que les garçons étaient bien plus turbulents qu’ils ne le montraient ici. Il n’y avait qu’à voir son frère, il était son partenaire de bêtises par excellence, mais là, avec son nœud papillon tout blanc, c’était comme s’il s’était transformé en quelque chose d’autre. Ilan et elle échangèrent un regard, il lui fit la grimace et elle ne put s’empêcher d’éclater de rire, chose qui déplut évidemment à sa mère. « Enfin Louise, tiens-toi tranquille, tu n’es pas à la maison ! » Elle soupira et croisa les bras sur son torse, déjà lassée de ce dîner ridicule. Heureusement, à la table à côté, elle aperçut Colleen Dewitt, qui semblait aussi mal à l’aise qu’elle dans sa grosse robe rose. Elle lui fit coucou de la main, puis se tourna vers sa mère en tirant sur sa robe avec insistance. « Maman, je peux aller jouer avec Colleen, s’il-te-plaît ? » Exaspérée, Lydia soupira, se tourna vers son mari qui, lui, s’amusa de la scène. « Vas-y, mais ne faites pas de bêtises et tenez-vous bien ! » Elle acquiesça et rejoignit bien vite son amie pour qu’elles s’échappent ensemble dans le couloir, là où personne ne les voyait. Les deux jeunes filles s’amusèrent un moment, se courant après, s’inventant des rôles pour se moquer de toutes ces personnes présentes pour l’évènement, lorsqu’un garçon, plus grand qu’elles, arriva dans le couloir et se mit à les regarder jouer. Ce garçon, elles le connaissaient toutes les deux, c’était l’un des fils de la famille Nicholls, et tous les trois, ils faisaient partie du même type de familles. Le genre de familles aristocratiques et vieilles comme le monde, où la richesse coulait à flot et personne ne devait apporter la moindre honte à son nom. Il ne bougea pas, ne faisant que les observer, une once d’envie dans les yeux, avant que son père ne vienne le tirer par le bras pour le ramener dans la salle où se passait le dîner.

******

Elle adorait le lac Alice. Cette grande étendue d’eau lui donnait envie de plonger et ne jamais en ressortir, comme un abri marin. Elle rêvait souvent d’être un poisson, de pouvoir respirer sous l’eau et passer tout son temps à nager. Pourtant, ses parents lui interdisaient toujours de se baigner, considérant le lac trop dangereux pour ses dix petites années. Mais aujourd’hui, c’était trop tentant. Elle s’était échappée d’une leçon de danse qu’elle n’aimait pas le moins du monde et avait terminé sa course sur le petit ponton qui donnait sur le lac. Elle s’était assise là, la pointe des pieds dans l’eau, son chapeau sur la tête, ses longs cheveux blonds s’agitant au gré du vent. En quoi quelque chose d’aussi beau pourrait être dangereux ? Elle regarda autour d’elle, et n’y personne. Personne pour la surveiller, personne pour l’ennuyer. Elle se pinça les lèvres, beaucoup trop tentée par sa petite folie. Elle retira son chapeau et le posa à côté d’elle, sur le bois du ponton, se releva, fixa l’eau encore quelques instants, puis retint son souffle et plongea sans plus d’hésitation. La première chose qui la frappa, ce fut le froid. Elle ne s’attendait pas à ce que cette étendue soit aussi glacée. Elle qui s’imaginait baignée d’une chaleur réconfortante, elle se retrouva déjà frigorifiée à peine avait-elle mis la tête sous l’eau. Après quelques instants, elle en sortit la tête, regrettant déjà son coup de folie, et se débattit comme elle put pour rester à la surface. Cependant, le lac était bien trop profond pour elle, et elle n’était pas franchement habituée à la nage, et bien vite, les petits coups de bras qu’elle lançait ne suffirent plus. Elle coula une première fois, s’échappant quelques fois pour reprendre son souffle, mais fut rapidement submergée par les petites vagues que son agitation formait. Au bout de quelques minutes à peine, il lui était impossible de retrouver sa respiration, et encore plus de rejoindre le bord du lac. A bout de souffle, elle coula finalement, presque persuadée que cette bêtise serait la dernière qu’elle ferait. Un voile noir avait recouvert ses yeux lorsqu’on aperçut, au loin, le chapeau de la petite fille, sans que celle-ci ne soit visible. Elle entendit vaguement un cri provenant du bord, puis sentit un bras l’attraper vivement pour la sortir de là. Lorsqu’elle reprit connaissance, ses parents étaient là, et jamais elle ne les avait vus si inquiets. En la voyant rouvrir les yeux, sa mère la serra fort dans ses bras, en pleurs. « Ne refais plus jamais ça ! » Elle acquiesça faiblement, et ce qui était objet de fascination devint sa plus grande peur.

the nightmare begins
« Et tu as attendu toutes ces années pour me l’avouer ?! Il t’a fallu qu’on m’accuse de son meurtre pour me dire que tu m’as trompé ?! » Cela faisait déjà plusieurs jours que la maison était recouverte de cris. Ils avaient appris la mort de Joaquim Nicholls plus d’une semaine auparavant, et si tout portait à croire qu’il s’était suicidé, le doute planait encore dans l’esprit de sa famille, et d’une partie de la ville. Pour Athena Nicholls, son mari avait été assassiné, et le meurtrier ne pouvait être que le père de Louise, Thomas Atkins. Comme s’il avait pu faire une chose pareille. « Je suis désolée ! C’était une erreur ! Ca n’est pas arrivé depuis tout ce temps, et c’était une période difficile pour nous deux, tu te souviens ? Je t’en prie, pardonne-moi ! » Elle entendait les suppliques de sa mère qui se cherchait des excuses face à la bêtise qu’elle avait commise. Curieuse qu’elle était, elle avait vite décidé de coller son oreille contre la porte du bureau dans lequel ses parents se disputaient, chose qu’elle faisait régulièrement. La tromperie de sa mère, aucun d’eux ne pouvait s’y attendre. Elle était pourtant si aimante, si présente, l’imaginer voir un autre homme en cachette, c’était surréaliste, et pourtant, c’était bien arrivé. C’était Athena qui avait craché le morceau à la police, pour avoir une excuse d’accuser Thomas, et se voiler la face quant au suicide de son mari. Une guerre divisait à présent les deux familles et on père venait de passer plusieurs jours au commissariat ‘par sécurité’, avant d’être relâché. Evidemment, puisqu’il n’avait rien fait. Elle n’avait eu qu’un seul moment de doute, mais avait très vite été coupée par son frère d’une gifle dont elle se souviendrait des années après. « Comment oses-tu imaginer que papa soit capable de ça ?! Ne sois pas idiote, Louise ! » La joue rougie, elle avait lancé un regard empli de larmes vers son frère, et son ton sérieux l’avait convaincue. Son père était incapable d’un tel geste. Dès ce jour-là, elle se mit à haïr tout ce qui pouvait avoir un rapport avec les Nicholls.

******

»»»»»»»»»«««««««««

Not about angels
The feeling sometimes, wishing you were someone else, feeling as though you never belong, this feeling is not sadness, this feeling is not joy, I truly understand. Please, don't cry now. Please don't go, I want you to stay, I'm begging you please, please don't leave here, I don't want you to hate; For all the hurt that you feel, the world is just illusion.
Revenir en haut Aller en bas
 

Louise » J'aimerais ça que tu sois pour un moment mon étoile filante (11/03)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castle Hollow :: Who you are :: Let's begin-