Partagez | 
 

 (#23) Charlotte & Lou » Let's talk about the future

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

☆ DREAM COLLECTION
» disponibilité rp: 01/05 - on peut en parler
» Carnet d'adresse:
» rps en cours:
admin » .plùm
» arrivé le : 09/10/2016
» mots doux : 502
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet - (#23) Charlotte & Lou » Let's talk about the future   
Mer 23 Aoû - 14:39



Let's talk about the future
Charlotte & Lou
La journée était longue et difficile. Sa plus longue et belle histoire venait de se terminer, il devait à présent faire le deuil de la relation qu’il avait eu avec Colleen et enterrer tous ses espoirs passés de la retrouver. Tout cela, il le savait déjà avant, mais une partie de lui s’accrochait encore, avant qu’ils ne se voient la dernière fois. Elle allait se marier de son côté, il allait en faire de même, et probablement qu’ils passeraient un moment à s’éviter. Ils avaient décidé de couper les ponts, se dire adieu de la pire des façons, en s’énervant l’un contre l’autre. Il regrettait de lui avoir parlé comme il l’avait fait, mais restait blessé par ses mots à elle. Il devait oublier, aujourd’hui, et se tourner vers l’avenir, vers la famille qu’il fonderait sans doute avec Will. Peut-être était-il temps qu’ils fixent une date de mariage définitive. Au fond, il avait compris pourquoi il avait toujours repoussé, pourquoi il avait toujours évité la question de la date de son mariage : il l’attendait, comme il l’avait toujours attendue depuis son départ. Il n’avait plus à l’attendre, désormais.

Il avait passé la journée à moitié déconcentré par toute cette histoire, si bien qu’il avait même failli se blesser en approchant son bras trop près de la scie qui découpait son bois. Heureusement, il l’avait retiré juste à temps, sentant le coup foireux arriver. Il n’avait même pas vu Will aujourd’hui, elle était partie rendre visite à quelqu’un hier soir, une amie, apparemment. Il se retrouvait donc seul avec sa petite sœur, et celle-ci lui donnait du fil à retordre. Il avait toujours voulu un avenir brillant pour ses frères et sa petite sœur, un avenir qu’il n’avait pas eu la chance d’avoir, puisque la vie avait décidé de le faire lâcher ses rêves. Alors, il voulait le meilleur pour eux, il voulait qu’ils tentent de réaliser leurs rêves coûte que coûte, et il faisait tout pour ça. Seulement, la petite dernière ne semblait pas tellement savoir quoi faire de sa vie, et s’il en s’inquiétait pas plus que ça sur ce sujet-là –après tout, à dix-huit ans, on n’est pas obligé de savoir ce que l’on veut-, il s’inquiétait de la voir terminer l’été sans avoir choisi une fac, une école, ou quelque chose d’autre, pour la rentrée. Il fallait pourtant bien qu’elle fasse quelque chose, plutôt que de ne rien tenter du tout.

Ainsi, lorsqu’il rentra chez lui, en fin d’après-midi, il sortit tout un tas de documents qu’il avait préparés pour l’aider à trouver une voir à poursuivre, même temporairement. Tous les documents sur la table de la salle à manger, il ne perdit pas une minute. « Charlotte, tu peux descendre s’il te plaît ? Il faut qu’on discute. » Il n’y allait pas par quatre chemins, et s’il pouvait paraître un peu pénible, il faisait tout cela pour son bien, et parce qu’il voulait la pousser à réaliser ses rêves, et ce, même s’ils l’emportaient loin de la ville. Au contraire, il vivrait ainsi les siens par procuration. Il prépara du thé en attendant qu’elle descende, et dut l’appeler une seconde fois avant qu’elle ne s’exécute. Il posa alors une tasse d’un côté de la table, et une autre de l’autre côté, et il indiqua une chaise en souriant. « Tu veux bien t’asseoir ? » Il en fit de même et prit une gorgée de son thé, qu’il jugea trop chaud pour être savouré. Il se reconcentra donc sur Charlotte, le regard bienveillant, le sourire aux lèvres. « Ta journée s’est bien passée ? Qu’est-ce que tu as fait ? » Il aimait discuter de tout et de rien avec ses frères et sœurs, et avait peine à choisir entre un rôle de père et un rôle de grand frère. Il s’était toujours dit qu’il leur fallait une figure parentale plus que fraternelle, puisqu’aucun de leurs parents n’était là pour ça. Il regrettait malgré tout de ne pas être uniquement leur grand frère, et pouvoir les embêter comme un frère pouvait bien le faire. « Tu as réfléchi à ce que tu allais faire à la rentrée ? » Il était bien obligé d’aborder le sujet, même si ça ne lui plaisait pas tellement de jouer au flic. Il n’avait pas tellement le choix, et s’il devait se faire détester pour qu’elle réussisse, et bien soit. C’était le rôle d’un père, après tout.




»»»»»»»»»«««««««««

You are the one
Tell me, tell me that you want me, and I’ll be yours completely for better or for worse. ‘Cause I knew the first day that I met you I was never gonna let you, let you slip away. And I Still remember feeling nervous Trying to find the words to get you here today.
Revenir en haut Aller en bas
admin » priss.
» arrivé le : 30/06/2017
» mots doux : 52
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet - Re: (#23) Charlotte & Lou » Let's talk about the future   
Mer 23 Aoû - 20:26
Lou & Charlotte
Les mains tâchés d’encre bleue, de feutres, je m’essuyais sur mon chemisier sans faire attention. Mon patchwork de voyage prenait forme sur mon mur. J’avais passé ma journée à me créer un carnet de voyage, une mappemonde des lieux à visiter, à découvrir. J’avais écrit les lieux, dessiner les animaux à voir, griffonner des annotations sur les plats typique des régions. J’étais passionnée du monde entier, partagé entre le rêve et la réalité. Aujourd’hui j’avais jeté mon dévolue sur l’Amérique du Sud et tout y étais passé. De l’argentine, au Brésil, au Pérou sans oublier le Mexique, la Patagonie, le Chili et leurs annexes. J’avais créé ma route de rêve dans tous l’Amérique du Sud, la belle Cancun et sa plage azur, le profondeur de l’Amazonie, la hauteur du Machu Pichu, Rio et son Carnaval, la Cordillère des Andes, les plaines vides de la Patagonie. Je m’étais fait un itinéraire de douceurs, saveurs et de découvertes visuelles à couper le souffle. Bricolant une carte faite maison, m’envoyant du rêve à chaque lieu, j’avais tellement envie de tout découvrir. J’avais envie de vivre un rêve éveillé, mais coincé à Castle Hollow, je ne pouvais pas faire grand-chose. J’attrapais mon fusain, le mettais entre mes lèvres, me collant du noir partout, mais j’étais concentré à dessiner le puma mexicain. Ses traits félins, son air sauvage, il m’obsédait tant j’avais envie de le voir en vrai. Mes rêveries me transportaient ailleurs, et dans une journée comme celle-ci, je me sentais enfin à ma place. Personne à l’horizon pour m’ennuyer. Lou était à l’ébénisterie et Will ailleurs. J’étais seule et ça faisait énormément de bien. Je prenais mon fusain et repris mon dessin, essuyant mes mains de temps à autre sur moi, tant la suie me collait les mains. J’étais en osmose parfaite avec l’univers.

Le temps passait à une vitesse folle, et la voix de Lou me sortait de mes rêves. J’étais en plein collage de la carte du Chili quand je perçus sa voix. Il requérait ma présence, et ça ne présageait rien de bon. Je soupirais, sur la pointe des pieds, collant l’ile de Pâques sur ma carte, criant à Lou.

« - J’arrive ! »


Je peaufinais encore ma carte et mes dessins quelques minutes, puis rangeais mon bazar brièvement, mettant mes dessins et mes cartes, ainsi que mes crayons dans ma valise aux rêves, la cachant sous mon lit. J’essuyais mes mains sur mon chemisier de nouveau, puis attachais mes cheveux en un chignon négligé, entendant la voix de Lou pour la seconde fois. Je ferais mieux de me dépêcher. Pieds nus, je dévalais les escaliers deux à deux, déposant un baiser sur la joue de Lou, avant de voir dans le miroir ma tâche noir de fusain sur le menton. J’essuyais ça brièvement, pour ne pas avoir à subir les questions de Lou, puis m’assied à côté de lui le sourire aux lèvres. Il me demandait si ma journée c’était bien passé, et comment. Elle était épique, mais il n’en saurait pas la teneur. Je n’avais aucune envie de lui faire du mal en lui disant que je rêvais de m’en aller d’ici.

« - Oui, j’ai passé une bonne journée. Du dessin, du ménage rien d’inhabituel ! Et toi ? Ça été à l’atelier aujourd’hui ? Faudrait que je vienne t’aider un de ses quatre. »

J’aimais bien aller à l’ébénisterie, poncer le bois, créer quelque chose de mes mains. Même si je n’avais pas le talent de Lou, j’aimais le contact avec le bois et avec mon frère. Quand il se comportait comme tel, il était adorable. Prévenant, tendre, rieur. Comme avant. J’aimais ce Lou là, pas le Lou paternel qu’il essayait d’être depuis la disparition de notre père. Comme il allait être sous peu, je le sentais. Je pris une gorgée de mon thé, avant de soupirer en entendant sa question.

« - Oh non Lou. Tu vas recommencer avec ça si ? Je ne sais pas ce que je veux faire, je te l’ai déjà dit. »
"Dans la vie, les choses qui ont le plus de valeur sont celles qui n'ont pas de prix." ( // beerus)
Let's talk about the future

»»»»»»»»»«««««««««

still lov(hat)ing you

≈ i need times, to win back your love again and to search you. Or maybe it will be you who will join me.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

☆ DREAM COLLECTION
» disponibilité rp: 01/05 - on peut en parler
» Carnet d'adresse:
» rps en cours:
admin » .plùm
» arrivé le : 09/10/2016
» mots doux : 502
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet - Re: (#23) Charlotte & Lou » Let's talk about the future   
Ven 25 Aoû - 10:46



Let's talk about the future
Charlotte & Lou
Il n’y avait rien de plus important pour lui que sa famille. Il avait tout sacrifié pour elle, et ne le regrettait pas tant que ça. Il était plutôt fier de ne pas avoir été égoïste, de ne pas les avoir laissés seuls, même si la situation était compliquée. Il avait tenu son rôle d’ainé, son rôle de père de substitution, et continuait de le jouer, pour s’assurer que ses frères et sa sœur allaient vers un bel avenir. Il avait échoué avec le plus grand, ou du moins, celui-ci ne l’avait pas laissé l’aider plus que ça, mais il avait de l’espoir avec Tiago et Charlotte. Il n’avait aucune intention de les forcer dans une voie plus que dans une autre, préférant le type d’éducation qui laissait le choix aux enfants, parce qu’après tout, il s’agissait de leur vie, pas de la sienne, mais il refusait qu’ils se brident, qu’ils s’empêchent de rêver pour quelque raison que ce fut. Si Tiago semblait avoir trouvé sa voie, même s’il avait encore du chemin à parcourir, ce n’était absolument pas le cas de Charlotte, et il s’efforçait de l’aider à trouver une solution, refusant de la laisser errer sans rien faire pour toute l’année scolaire prochaine. Aussi, lorsqu’il rentra chez lui, il se donna pour mission de lui faire choisir une école, une fac, ou un travail, pour la rentrée, histoire qu’elle s’ouvre au monde un peu plus qu’elle ne le faisait déjà.

Il l’appela une première fois, puis, comme elle mettait du temps à réagir, le fit une deuxième fois. Elle arriva en courant presque dans les escaliers, chose qu’il leur avait répété de ne pas faire toute leur adolescence, avant d’abandonner en voyant que quoi qu’il disait, aucun d’eux n’écoutait. Elle avait le haut tâché de peinture, et ses bras et son visage avaient également gardé quelques traces, ce qui eut le don de faire rire Lou. Il l’aimait pour ça, Charlotte, son côté artiste intrépide, ses rêves en grand, sa passion pour la vie. Il ne posa malgré tout aucune question à ce sujet, de peur qu’elle ne se braque. Elle lui cachait des choses et il le sentait bien, et ça lui faisait presque mal de savoir qu’il n’était pas le gardien de ses secrets. Une chose à laquelle il avait dû renoncer en prenant la place de leur père. Il lui demanda de s’asseoir et lui posa une question sur sa journée, préférant aborder le sujet d’une façon posée. Il sourit lorsqu’elle parla de dessin, et l’imagina immédiatement plongée dans ses peintures, jusqu’à ne plus rien entendre du monde extérieur. « Ca va. Je n’suis pas passé loin de me scier le bras, mais tout va bien ! Tu peux venir si tu veux oui, en ce moment il y a pas mal de boulot. » Il ne lui dit évidemment pas qu’il avait passé la journée à sa dernière entrevue avec Colleen, ni même qu’il l’avait revue tout court, d’ailleurs. Il ne savait même pas si Charlotte était au courant qu’elle était de retour en ville.

Il ne perdit pas plus de temps et lui demanda directement si elle avait réfléchi à son avenir, ou en tout cas à ce qu’elle comptait faire à la rentrée. Evidemment, à sa question, elle soupira d’exaspération et lui répondit qu’elle n’en savait rien. Il insistait peut-être un peu, mais pour lui, c’était très important. Il voulait que d’ici la rentrée, elle ait un plan d’action, quelque chose à faire, sur laquelle avancer. Ce fut à son tour de soupirer, en prenant une gorgée de son thé, toujours un peu chaud. « Charlotte… Je ne te demande pas de savoir ce que tu veux faire dans la vie, mais simplement de réfléchir à quoi faire à la rentrée. Je ne veux pas que tu restes ici sans rien faire. » Il voulait agir comme un père, au risque de l’agacer, c’était le rôle qu’il s’était donné à la mort de leur père, et il était hors de question qu’il laisse tomber maintenant. « Ca ne te dirait pas d’étudier l’art, par exemple ? Le dessin, la peinture, tu aimes ça non ? Tu pourrais faire des études d’arts, cette année, pour essayer. » Pour lui, l’essentiel était d’essayer, et trouver en chemin. Rester inactif n’était clairement pas la bonne solution, à ses yeux. « On est déjà à la fin de l’été, Charlotte, il faut que tu trouves quelque chose à faire, même si ce n’est pas définitif, tu comprends ? » Son ton était tendre et compréhensif, il faisait de son mieux pour ne pas qu’elle se braque, tout en sachant que la conversation tournerait vite au vinaigre, comme à chaque fois qu’ils abordaient le sujet.

»»»»»»»»»«««««««««

You are the one
Tell me, tell me that you want me, and I’ll be yours completely for better or for worse. ‘Cause I knew the first day that I met you I was never gonna let you, let you slip away. And I Still remember feeling nervous Trying to find the words to get you here today.
Revenir en haut Aller en bas
admin » priss.
» arrivé le : 30/06/2017
» mots doux : 52
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet - Re: (#23) Charlotte & Lou » Let's talk about the future   
Ven 25 Aoû - 19:57
Lou & Charlotte
La Tête dans les étoiles, dans la vie, dans les couleurs, dans mes rêves les plus fous. Tels rimaient mes journées ces derniers temps, seul Tiago partageait mes rêves les plus fous. Chaque jour, je lui envoyais les photos de mes avancés, de mes découvertes. Une nouvelle destination, de nouveau paysage, des nouveaux animaux… Il partageait ce désir de voyager, de découvrir autre chose, de vivre autrement, mais l’un comme l’autre, nous étions bien trop fidèle à Lou pour songer à partir. Ce n’était que des rêves après tout. Lou me fit atterrir en douceur dans la réalité, me demandant de le rejoindre, et c’est un grand sourire aux lèvres, l’esprit au Pérou que je le rejoignais sans mal. Pourtant j’aurais dû ressentir son besoin de discussion sérieuse, mais l’esprit ailleurs, je n’avais rien vu venir. Lou n’avait qu’un mot à la bouche ces derniers temps : Mon avenir. Mais si seulement il savait que je n’en avais rien à faire de l’avenir, il m’en ferait une syncope. Je souriais quand je vis son attention, avec le thé, et n’avait pu m’empêcher de le goûter même s’il était brûlant. Évasive sur ma journée, il m’intriguait pourtant avec le récit de la sienne. Ainsi maître Lou avait perdu le contrôle de lui-même. Je souriais alors, désireuse de connaître ce qui avait perturbé mon frère. Le regard taquin, je riais.

« - Hum, dis-moi pas que c’est une femme qui t’as fait perdre tes moyens ? Mon grand frère aurait-il une kryptonite ? »

Je riais à ma référence de Superman, car à mes yeux c’était un peu ce qu’il était. Ils nous avaient sauvés de l’enfer et même si parfois il se montrait chiant, je l’admirais. Je pris une nouvelle gorgée de mon thé, avant de le taquiner de nouveau.

« - ça me rappelle la dernière fois que tu as perdu tes moyens. T’avais dix-sept ans et tu avais mis des heures à te préparer dans la salle de bain, tout pimpant là. « Je le mimais. » Et quand tu as vu Colleen, t’as loupé la marche et tu t’es rétamé dans la terre toute fraîche retourné par Papa. Qu’est-ce que j’ai pu rire ce jour-là ! »

J’éclatais de rire en me remémorant la scène, puis me levait pour l’imiter dans sa chute, avant de m’approcher de lui et de le prendre en câlin dans le dos et de déposer un bisou sur la joue. Riante, j’aimais me moquer un peu de lui.

« - Je te taquine grand frère, même si cette scène restera gravé dans les annales ! Mais revenons à nos moutons, demain je viendrais avec toi avec grand plaisir ! J’aime te filer des coups de main. »

Je déposais de nouveau un baiser sur sa joue, avant de m’installer à côté de lui en tailleur, ma tasse de thé à la main, le sirotant de temps à autre. Mon regard s’arrêtait alors sur une pile de magasines parlant des universités, et sa question me fit soupirer. Non pas ça ! Il revenait à la charge comme une musique en tête, sans cesse. Hors je n’avais aucune envie de réfléchir à ça ! Je le regardais alors, la mine défaite, un sourcil levé, posant ma tasse sur la table ?

« - Rester sans rien faire ce n’est pas mon genre Lou. Mais je n’ai pas envie de me lancer dans une année inutile, si je ne sais pas quoi faire de ma vie. Ça ne rime à rien. »

Puis il lançait l’idée de l’art et là, un rire amer apparaissait. Certes j’aimais dessiner, découvrir des nouvelles techniques, mais étudier l’art voulait dire s’en aller de Castle Hollow, et jamais je n’abandonnerais Lou.

« - Et faire comme Colleen ? T’abandonner ? Jamais. Et puis l’art j’aime ça, mais sans plus, c’est un passe-temps plus qu’un désir, je n’ai pas autant de talent que tu le crois. »

C’était sorti tout seul et c’est qu’après que je me rendais compte que j’avais pu offenser Lou. Après tout, Colleen avait été son grand amour et il a pleuré à son départ, il n’avait pas pu la retenir. Je fronçais les sourcils puis le regardait, la mine déconfite.

« - Je suis désolée Lou, je n’aurais pas dû dire ça. Pardon. »

Je soupirais, prenant une gorgée de mon thé, puis le regardais. Il semblait aussi démuni que moi, ignorant la conduite à tenir, quoi choisir. Je n’aimais pas qu’on prenne les décisions à ma place, je voulais décider par moi-même. Et mon rêve le plus profond était irréalisable, alors j’allais m’accrocher à ce que j’avais le plus cher : Ma famille.

« - Sinon, tu n’as qu’à m’embaucher à l’ébénisterie le temps que je trouve ma voie ! Comme ça, toi ça te décharge un peu, ça te permet de penser un peu plus à toi et à ton mariage, et moi ça m’occupe ! Je ferais fleurir tes affaires t’inquiète ! Qu’en penses-tu ? »

"Dans la vie, les choses qui ont le plus de valeur sont celles qui n'ont pas de prix." ( // beerus)
Let's talk about the future

»»»»»»»»»«««««««««

still lov(hat)ing you

≈ i need times, to win back your love again and to search you. Or maybe it will be you who will join me.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

☆ DREAM COLLECTION
» disponibilité rp: 01/05 - on peut en parler
» Carnet d'adresse:
» rps en cours:
admin » .plùm
» arrivé le : 09/10/2016
» mots doux : 502
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet - Re: (#23) Charlotte & Lou » Let's talk about the future   
Lun 28 Aoû - 15:34



Let's talk about the future
Charlotte & Lou
Au moment de raconter sa journée, il ne lui cacha pas qu’il avait été si déconcentré qu’il en avait oublié sa propre sécurité. Il ne lui avoua cependant pas la raison de sa déconcentration. Il ne cessait de repenser à ce qui était arrivé avec Colleen, ce baiser qu’ils avaient échangé… Il en rêvait encore et culpabilisait immédiatement. Tout était terminé à présent, et ce baiser n’avait aucune autre signification qu’un adieu bien doux, qu’une page qui se tournait. Mais il se remémorait la douceur de ses lèvres, de la sensation de son corps tout contre le sien, et des battements de son cœur durant cet ultime échange. C’était une sensation qui le tiraillait. Il avait trompé Will, même si ce n’était qu’un baiser, c’était une tromperie. Il avait pensé à une autre femme, et y pensait encore. Il agissait d’ailleurs peut-être un peu bizarrement, à présent, plus prévenant avec elle, peut-être à l’excès, mais il ne pouvait s’en empêcher, comme un besoin de se faire pardonner sans lui avouer sa faute, trop brusque. Cela lui briserait le cœur, et il ne le voulait certainement pas. Il ne la méritait pas, c’était sûr. Will était beaucoup trop bien pour lui, elle l’acceptait malgré toutes ses cachoteries, acceptait qu’il ne lui parle pas de cette période de sa vie où il était le plus heureux, ne mentionnant jamais le nom de Colleen comme un tabou qu’il aurait voulu effacer à tout prix. Il se posait des tas de questions, mais n’était pas capable de mettre la moindre de ses solutions en pratique. Une nouvelle fois, il était comme pris au piège. Et Charlotte lui rappela tout cela en devinant le fait qu’une femme occupait ses pensées.

Il évita son regard, pris de panique lorsqu’elle prononça ses mots, puis la regarda l’imiter lorsqu’il avait dix-sept ans, qu’il était fou amoureux de Colleen et qu’il tentait de faire bonne impression, échouant misérablement. Il sourit tristement à son imitation, à la fois gêné et nostalgique. Elle ne s’imaginait pas à quel point tous ces souvenirs lui faisaient mal. « Arrête, Charlotte. » Dit-il d’un ton légèrement brisé, à peine perceptible. Elle comprit son message comme un agacement, et vint le prendre dans ses bras dans le dos, l’embrassant sur la joue au passage, et il lui tint le bras comme pour se donner du courage. Elle riait, et même s’il riait un peu avec elle, il n’avait plus envie de penser à toutes ces choses. « Tu étais encore une gamine à cette époque, et tu te souviens de ça… » Il en souriait gentiment, sans rien dire de plus, se souvenant lui aussi très bien du moment, et de tout ce qui avait suivi. Il était vrai que lorsqu’il s’agissait de Colleen, autant avant qu’aujourd’hui, il n’était pas très adroit. Lorsqu’elle changea de sujet, il fut soulagé. « Très bien, alors demain tu viendras avec moi ! Va falloir te lever tôt, je te préviens ! » Il lui sourit pour la taquiner, mais la conversation qui avait précédé lui restait en mémoire. Il n’était apparemment pas guéri. Elle lui embrassa une nouvelle fois la joue et se réinstalla, à la manière de Charlotte, en tailleur sur une chaise qui n’était pas conçue pour cela. Ca l’avait toujours fait rire. Elle était dynamique, une vraie tempête, elle rayonnait. Comme lui autrefois, et ça lui manquait. Ils se ressemblaient plus qu’elle ne se l’imaginait.

Il aborda finalement le sujet pour lequel il voulait parler à Charlotte : son avenir. Il savait pertinemment que c’était une discussion épineuse, et qu’elle commençait à le détester pour ça, mais il s’efforçait de mettre ses regrets de côté pour la voir rayonner un peu plus. Evidemment, comme il s’en doutait, elle se mit immédiatement sur la défensive, pas prête de choisir une voie. « Je comprends, mais ça te permettrait de trouver ta voie, en discutant avec d’autres étudiants, en étudiant quelque chose. Ce n’est pas choisir une voie pour rien, c’est fouiller les pistes, c’est tout. » Il avait du mal à lui faire comprendre sa vision des choses, et le pire, c’était qu’il ne voulait que son bonheur. Il lui proposa alors des études d’arts, conscient qu’elle adorait ça, également conscient que cela signifierait quitter la ville, et c’était ce qu’il voulait pour elle. Non pas qu’il voulait s’en débarrasser, au contraire, mais, même s’il passait son temps à s’inquiéter pour elle, et qu’il avait encore un peu de mal à la considérer comme une adulte, il voulait la voir s’épanouir ailleurs, et il savait parfaitement que c’était ce qu’elle voulait, quand bien même elle essayait de le cacher. Sa réaction l’immobilisa. Colleen. Elle avait touché en plein cœur, là où ça faisait mal. Il se contenta alors de baisser les yeux, ne répliquant rien, serrant ses bras autour de sa tasse de thé. Il s’enfermait ainsi dans son monde, blessé par les mots de sa petite sœur, blessé dans sa fierté, blessé dans son cœur. Lorsqu’elle se rendit compte de ce qu’elle venait de dire, elle s’excusa immédiatement, et il lui sourit légèrement, malgré tout vexé. Une nouvelle fois, son cœur se brisait. « Tu sais… La situation était compliquée, à l’époque. Elle ne m’a pas abandonné comme tu peux le croire. C’est juste… c’est plus compliqué que ça. » On pouvait deviner à son ton qu’il avait mal. A vrai dire, il aurait bien pleuré s’il se l’était permis.

Elle changea une fois encore de sujet, le soulageant un peu. Elle proposait son aide à l’ébénisterie, et, bien qu’il en fut touché, n’aimait pas tellement l’idée. « Charlotte… » Il lui prit la main gentiment, un petit sourire paternel au visage. « Tu ne vas pas faire comme moi, quand même. Tu peux faire ce que tu veux de ta vie, tu n’as pas à t’enfermer comme ça. » Elle était un petit oisillon sortit du nid, et il ne voulait qu’une seule chose : qu’elle s’envole. L’idée-même qu’elle resterait ici toute sa vie lui était insupportable. Il n’avait après tout pas fait tout cela pour rien. Il avait tant sacrifié, ses frères et sa sœur ne pouvaient simplement pas se sacrifier aussi ! « Mais, si tu veux, tu peux me filer un coup de main quelques temps. Mais je te préviens, c’est juste temporaire ! Il est hors de question que tu traînes dans mes pattes tout le temps ! » Il rigolait, parce qu’au fond, il aimait avoir sa famille avec lui, il aimait ne pas être seul, et avait peur de l’avenir, s’ils partaient tous. Mais il n’avait aucune envie qu’ils pourrissent ici.

»»»»»»»»»«««««««««

You are the one
Tell me, tell me that you want me, and I’ll be yours completely for better or for worse. ‘Cause I knew the first day that I met you I was never gonna let you, let you slip away. And I Still remember feeling nervous Trying to find the words to get you here today.
Revenir en haut Aller en bas
admin » priss.
» arrivé le : 30/06/2017
» mots doux : 52
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet - Re: (#23) Charlotte & Lou » Let's talk about the future   
Ven 15 Sep - 17:24
Lou & Charlotte
Mon frère avait souvent été rêveur, surtout quand il était jeune. Même s’il était plus souvent fourré avec Colleen et Holland, lorsqu’il rentrait il était lumineux. Radieux. Eclatant. Rieur. Il était heureux et il nous transmettait son bonheur. Il jouait avec moi à en perdre son temps, il taquinait Tiago sur ses cheveux, se bagarrait gentiment avec Ronan. Il était ce Lou qui nous manquait parfois, ce Lou heureux de vivre. Il s’était éteint avec Papa, avec le départ de Colleen. Et il me manquait, surtout quand il se muait en ce père disparu, quand il endossait le rôle de paternel. Avec Tiago, on pensait que ce Lou avait réellement quitté le navire, pourtant je vis quelque chose de connu dans le regard de mon frère quand je parlais de Colleen. Un éclat de bonheur, de tristesse aussi. Un sentiment fort qui me fit froncer les sourcils. Il avait Will dans sa vie, une femme adorable, qui était comme une amie à mes yeux, mais je savais que Colleen était toujours dans le cœur de mon frère, et qu’il ne l’avait jamais oublié même s’il l’avait mise sous silence. Et quelque chose me faisait pressentir que Colleen n’était pas seulement qu’un souvenir, mais aussi une réalité. Lorsque je le mimais dans sa chute, dans son passé, sa voix déraillait comme si le souvenir était douloureux, et ne voulant pas lui faire un quelconque mal, j’avais déposé un baiser sur sa joue.

« - Oh, je me souviens de beaucoup de chose Lou. Je me souviens surtout que tu irradiais de bonheur quand tu revenais à la maison. Et ce bonheur là, ça n’a pas de prix ! »


Je lui souriais alors et sautillais lorsqu’il acquiesçait à ma demande. J’allais l’accompagner sans faute demain à l’atelier, et j’y prendrais probablement du plaisir à travailler à ses côtés. Lou était un très bon guide, et un bon professeur, il prenait le temps de faire découvrir son art et donnait l’envie de continuer avec lui. Je me réinstallais face à lui, souriante. Il enchainait sur la question qui fâche, qu’est l’avenir, et voulait à tout prix que j’engage des études. Or je n’en avais aucune envie. J’avais envie de continuer à rêver dans ma chambre, près de ceux que j’aimais. J’avais envie de rester ici, même si je désirais voir le monde, je me refusais de les abandonner. Les études étaient le pire à mes yeux, qu’il pouvait m’arriver.

« - J’n’ai pas envie de partir Lou, je n’ai pas envie de chercher dans le vent. Je veux que ça vienne comme ça viendra. J’ai pas envie de me prendre la tête, voilà tout ! »

Et puis son comportement changeait brusquement lorsque j’abordais l’abandon de Colleen. A mes yeux ça en était un, elle n’était même pas venue à l’enterrement de notre père, alors qu’il l’avait aimé autant que nous. Pourtant Lou s’acharnait à la défendre, coûte que coûte, prostré comme un animal blessé. Je m’étais excusé, sachant que je lui avais fait du mal. J’aurais dû me taire pourtant la question me brûlait les lèvres, je refusais de rester sans savoir. Il me cachait quelque chose.

« - Lou ? Tu as revu Colleen n’est-ce pas ? »


J’avais un pressentiment et j’avais besoin de savoir. Besoin de comprendre son comportement mi-figue, mi-raisin. Et cet éclat dans ces yeux, c’était elle. Je le sentais. Je fronçais les sourcils, puis il prit ma main, un regard bienveillant comme s’il avait tout compris de mon dilemme intérieur. Rester… Partir… Il lisait en moi, pourtant, je n’abdiquais pas, ne lui disait pas la vérité.

« - J’aime ce que tu fais Lou, vraiment. Et puis… Je ne me vois pas m’en aller d’ici, loin de vous. Je serais perdue sans vous ! »

Mais Lou abdiquait de son côté, acceptant ce que je lui proposais. Alors je souriais, et allait me réfugier dans ses bras en riant doucement. Il restait mon grand frère et je savais que je pouvais alors tout lui demander, même l’inconcevable !

« - Merci Lou ! Promis je me ferais toute petite et tu ne m’entendras pas de la journée, mais je serais efficace pour sûre ! »

Bon je savais d’avance que travailler ensemble n’allait pas être de tout repos, que j’allais danser, chanter, rêvasser, mais j’allais être avec Lou, et ça c’était la meilleure chose au monde. J’allais enfin quitter mes rêves fantasques pour une réalité cosy.

"Dans la vie, les choses qui ont le plus de valeur sont celles qui n'ont pas de prix." ( // beerus)
Let's talk about the future

»»»»»»»»»«««««««««

still lov(hat)ing you

≈ i need times, to win back your love again and to search you. Or maybe it will be you who will join me.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet - Re: (#23) Charlotte & Lou » Let's talk about the future   
Revenir en haut Aller en bas
 

(#23) Charlotte & Lou » Let's talk about the future

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Charlotte Landreau
» julien sans charlotte
» USA rk motors charlotte vendeur d auto et site de vente gen
» Charlotte Perriand, design
» Velo-talk : Un annuaire/site d'infos par Velo-Manager

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castle Hollow :: Castle Hollow :: Blossom Avenue :: Home, sweet home-